Comment bien démarrer un partenariat

Le partenariat est sans aucun doute un des moyens les plus simples d’aller plus loin, plus vite, plus haut. Mais comme pour le mariage, beaucoup de partenariats professionnels s’écroulent à court ou moyen terme. Pourtant tout avait si bien commencé… Peut-être pas. C’est peut-être ce départ si enthousiasmant qui a été mal géré. Comment mettre toutes les chances de notre côté dès le départ, c’est ce que nous allons voir dans cet article.clip_image003

Qu’il s’agisse d’un partenariat ponctuel ou d’un partenariat à plus long terme, comme par exemple la création ou le développement d’une entreprise, le principe reste le même : faire davantage à deux que ce que chacun pourrait faire seul. L’idée est bien d’arriver à l’équation : 1 + 1 = 3. Pourtant, force est de constater que très souvent 1+1 reste 2 ou que 1 + 1 ne fait plus que 1 ou même 0, le partenariat a mis à genoux les deux partenaires !

1 + 1 = 3    ou   1 + 1 = 0  ?

C’est pourquoi beaucoup d’entrepreneurs hésitent à explorer la voie du partenariat. Pourtant, ils peinent à déployer pleinement le potentiel de leur activité et par conséquent à récolter les fruits de leurs efforts. Ils sont probablement influencés par la citation de Sacha Guitry à propos du plus rependu des partenariats :

“Le mariage c’est résoudre à deux les problèmes qu’on n’aurait pas eus tout seul.”

Personnellement, j’ai toujours apprécié le travail d’équipe (et mon mariage), je suis donc un partisan du partenariat. J’y trouve aussi un moyen de réaliser mes projets au-delà de mes limites en m’associant avec des partenaires avec qui une forte complémentarité existe: j’ai ce qu’il n’a pas et il a ce qui me manque.

J’ai eu la chance d’être associé pendant 9 ans à la tête d’une PME qui a connu une belle croissance. Nous étions trois associés. Cette association a bien fonctionné, malgré nos différences importantes. J’en ai tiré 4 préalables à tout bon partenariat. Aujourd’hui, je prends soin de les vérifier à chaque fois que j’envisage une nouvelle collaboration.

4 préalables indispensables pour que votre partenariat porte des fruits

1. Clarifier vos objectifs

Partenariat Objectifs - Peat Bakke Avant de démarrer il est essentiel que chacun des partenaires explique clairement et en toute transparence ses objectifs. Si vous n’êtes pas prêt à le faire ou si vous avez l’impression que votre partenaire potentiel vous cache des choses, ne vous mettez pas en route ensemble.

Ces objectifs peuvent être professionnels, mais aussi personnels. Ne vous arrêtez pas au premier pourquoi, mais questionnez le pourquoi du pourquoi, l’objectif derrière l’objectif.

2. Partagez vos valeurs

Vos valeurs, c’est ce qu’il y a de plus important pour vous.

Si vous ne les avez pas listées de façon précise (4 à 7 valeurs), je vous invite à le faire (si vous le souhaitez, je peux vous y aider : cliquez sur « Valeurs et Sens de l’entreprise » ).

boussole-Peter H. Communiquez vos valeurs à votre partenaire et demandez-lui de faire de même. Prenez le temps de bien comprendre ce que signifie ses valeurs et expliquez-lui les vôtres. Ensuite, vérifiez si vos valeurs sont compatibles. Vos valeurs sont comme une boussole qui vous oriente dans vos décisions. Si vos boussoles ne sont pas compatibles, vous ne ramerez pas dans la même direction.

Si pour vous, l’honnêteté est une valeur essentielle et que pour lui l’important c’est le profit et que l’honnêteté n’apparait même pas dans sa liste, il y a de fortes chances que votre partenariat soit rapidement voué à l’échec.

3. Clarifiez vos attentes

attente-PublicDomainPicturesUn partenariat est toujours basé sur une attente vis-à-vis du futur partenaire : « il va m’apporter une clientèle, une compétence que je n’ai pas, un nouveau marché, un produit ou un service complémentaire au mien… ».

Trop souvent nous pensons que nos attentes sont évidentes pour le partenaire, dites-vous bien que ce n’est pas le cas et prenez le temps d’expliquer clairement toutes vos attentes et de comprendre dans quelles mesures elles pourront être satisfaites. Quand vous l’aurez fait, demandez-lui de lister ses attentes et expliquez-lui très précisément dans quelle mesure vous pouvez y répondre.

4. Décidez les conditions de fin du partenariat

Fin partenariat - Marc HatotDans les partenariats, c’est souvent la fin qui est la plus douloureuse.

Soit le partenariat a été fructueux de sorte qu’un actif important a été créé ensemble. Pour une raison quelconque, souvent indépendante du partenariat lui-même, un des partenaires veut mettre fin à la collaboration. Ce qui était jusque-là une belle réussite se transforme en bagarre à grands renforts d’avocats. Seuls les avocats sortent gagnants de cette aventure…

Soit le partenariat ne fonctionne pas ou plus. Dans ce cas aussi il est essentiel de ne pas rajouter des problèmes à ce qui constitue déjà un échec.

Pour ce faire, il est essentiel avant de démarrer un partenariat de définir très clairement comment chacun peut se retirer et dans quelles conditions.

* * *

Cet article n’a pas pour objectif de définir de façon exhaustive le processus pour lancer un partenariat réussi. Il y a bien sûr bien d’autres points à discuter et d’étapes à franchir. J’ai repris ci-dessus 4 étapes, 4 conditions qui sont trop souvent oubliées et qui font que beaucoup trop de partenariats décidés dans l’enthousiasme des débuts sont voués à l’échec avant même d’avoir commencé.

Pour poursuivre cette réflexion, je vous invite à partager dans les commentaires en dessous de l’article :

  • Ce qui a été déterminant pour vous dans la réussite d’un partenariat ou
  • Ce qui vous bloque à démarrer un partenariat alors que votre activité en aurait bien besoin.

Si cet article vous a éclairé, likez-le et partagez-le avec votre réseau.

Que votre vie soit belle,

Pierre

Photos dans l’ordre d’apparition: Michael Salvato, Peat Bakke, Peter H., PublicDomainPictures, Marc Hatot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *