La démocratie par les entreprises

Beaucoup se plaignent de plus en plus de la puissance grandissante des entreprises et en particulier des multinationales. Je ne suis pas économiste, mais il est vrai que le citoyen lambda a souvent l’impression que le monde politique a beau être de droite ou de gauche, promettre le cœur sur la main qu’il s’engage à tout changer, s’insurger contre les pratiques de certaines multinationales : rien ne change.

Peut-être nous trompons nous de bureau de vote. Au lieu d’aller voter tous les 4 ou 5 ans pour élire nos représentants qui semblent de plus en plus impuissants à faire évoluer la société, nous devrions aller voter tous les jours.

« Le caddie du super marché aura plus de poids qu’un bulletin de vote »

Jean Staune

clip_image002Photo: PolyCart

Ce raisonnement est celui proposé par les fondateurs de « Ben&Jerry’s » (un glacier bien connu) dans leur livre « How to run values-led business and make money too » (comment gérer une affaire à partir de nos valeurs tout en générant du profit).

Ils font d’abord le même constat que beaucoup, à savoir que le pouvoir est de plus en plus dans les mains des entreprises. A la différence des politiciens et en bons entrepreneurs qu’ils sont, il ne se révoltent pas contre cet état de fait : c’est un constat, un point de départ. Au contraire, ils en tirent des conclusions :

« Le monde des entreprises est maintenant devenu la force la plus importante de la société. Nous ne pouvons pas résoudre les problèmes sociaux tant que le business n’accepte pas de jouer le rôle de leader dans ce domaine. Cela implique que les entreprises agissent pour le bien commun. C’est un rôle très nouveau qu’elles n’ont pas l’habitude d’endosser, et pour lequel elles ne sont pas préparées. »

Ben Cohen, Jerry Greenfield

Quel rapport avec les élections ? Le rapport est évident : votons chacun pour les entreprises qui portent les valeurs qui nous sont chères. Comment ?

« Les entreprises ont besoin de capitaux, donc de personnes pour investir en elles. Elles ont besoin de salariés, donc de personnes pour y travailler, et elles ont besoin de clients pour acheter leurs produits ou leurs services. Donc, en choisissant dans quelles sociétés elles veulent travailler, en sélectionnant les entreprises où elles achèteront, les personnes peuvent grandement influencer la façon dont les entreprises se comportent. »

Ben Cohen, Jerry Greenfield

C’est très simple : pour changer le monde investissons, achetons, travaillons dans et avec les entreprises qui défendent et vivent nos valeurs.

clip_image004Dans mon métier de coach et de formateur, je rencontre souvent des employés qui sont clairement en désaccord complet avec leur employeur. La question que je pose toujours, c’est : « pourquoi ne cherches-tu pas un employeur dont tu partages les valeurs ? Si tu ne cherches pas, il y a peu de chance que tu en trouves un. Si tu cherches, tu ne prends aucun risque. Tu ouvres simplement une fenêtre sur un nouvel horizon possible. Arrête de subir et ose bouger. » (Petite pub au passage pour notre prochain séminaire sur l’audace, pour ceux et celles qui cherchent à recharger leur batterie d’audace : « J’ose ! »).

J’engage aussi les entrepreneurs qui ont fait ce pas et ont décidé de vivre suivant des valeurs fortes et en poursuivant un sens contributeur pour le monde à en parler. Soyez des candidats déclarés aux élections. J’en rencontre de plus en plus. La plupart du temps ils hésitent à afficher ce qui les anime, par humilité, par peur d’être perçu comme quelqu’un qui utilise les valeurs pour faire du profit, peur d’être taxé de « green washing ». D’abord, le profit est indispensable et ensuite en affichant leurs valeurs et leur sens, ils s’engagent vis-à-vis du monde extérieur qui pourra les rappeler à l’ordre s’ils ne les respectent pas tout à fait.

Pour les autres, ceux qui n’ont pas encore choisis des valeurs fortes et un sens contributeur comme boussole pour leur entreprise, je les invite à prendre conscience du pouvoir qu’ils exercent. Je ne parle pas du pouvoir au sein de leur entreprise, mais du pouvoir sur le monde extérieur par le choix de leurs fournisseurs et de leurs partenaires. En tant que dirigeant, vous avez un bulletin de vote bien plus lourd que celui d’un particulier…

N’oubliez-pas : allez voter dès aujourd’hui, retournez-y demain, et après-demain… tous les jours pour qu’un monde plus généreux et heureux puisse naitre.

Un outil concret…

Je vous invite à faire pour votre entreprise la liste des valeurs qui vous sont chères et que vous désirez que vos fournisseurs et partenaires respectent. Travaillez par catégorie de valeurs : sociales, environnementales, politiques, philosophiques… à vous de voir.

Ensuite, faites la liste de vos « votes » quotidiens, à savoir la liste de vos fournisseurs et de vos partenaires actuels. Pour chacun d’eux, vérifiez si les valeurs qu’ils défendent sont celles que vous souhaitez pour notre monde. Si ce n’est pas le cas, choisissez un nouveau fournisseur sans oublier d’informer l’ancien pourquoi vous ne voterez plus pour lui.

Si vous voulez donner plus de poids à cet exercice, faites-en un exercice d’Intelligence Collective en faisant participer toute l’entreprise. Si vous manquez d’idées pour savoir comment vous y prendre, contactez un bon coach.

Ces quelques lignes sont inspirées d’une conférence de Jean Staune, philosophe des sciences, diplômé en économie, management, philosophie, mathématiques, informatique et paléontologie, auteur de « Les clés du futur » et « Notre existence a-t-elle un sens ? ».

Si cet article vous a plu, likez-le et partagez-le avec votre réseau.

Que votre vie soit belle,

Pierre

Liens :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *