Les trois clés pour entreprendre

Quelles sont les compétences nécessaires pour être un entrepreneur ? Beaucoup ont pensé qu’il fallait surtout être bien diplômé, mais à en voir le nombre d’entrepreneurs à succès n’ayant pas de diplôme d’études supérieures, ce chemin ne semble pas nécessairement être la voie royale. Et si pour être un entrepreneur, il fallait simplement libérer en soi trois personnages bien différents qui ont souvent du mal à s’écouter.

clip_image002

Le rêveur

Les seuls rêves qui se réalisent sont ceux que l’on a fait. Il faut donc rêver pour faire de grandes choses dans sa vie. Rêver sans se donner de limites, rêver librement comme seuls les enfants peuvent le faire. Le premier personnage que l’entrepreneur devra libérer en lui c’est le rêveur. L’entrepreneur-rêveur se doit donc de donner libre cours à l’enfant en lui pour imaginer ce monde qui n’existe pas encore, le bâtir dans sa tête, ses tripes et son cœur, le faire vivre sans contrainte aucune si ce n’est les limites de son imagination.

Le visionnaire

Quand le rêve se décante, la vision peut prendre forme. Si le rêve a tendance à aller dans tous les sens, la vision elle se doit d’être claire, ambitieuse probablement, mais précise, elle indique la direction. C’est le rôle de parent de l’entrepreneur, il indique le cap pour que l’enfant ne se perde pas et devienne adulte dans les meilleures conditions, il donne la direction car il sait où il emmène l’équipage.

Le bâtisseur

Pour que la vision se construise, l’entrepreneur donnera les rennes à l’adulte en lui. Il prendra ses responsabilités. Il exercera sa capacité à prendre les décisions parfois difficiles. Il est l’adulte qui mène l’embarcation avec assurance. Il n’a pas peur de se tromper, de tomber, car il a reçu son cap et n’aura donc de cesse de se relever, d’ajuster la trajectoire à chaque fois que ce sera nécessaire, boosté par l’énergie des rêves de l’enfant.

Walt Disney

Walt Disney est un excellent exemple de cette trilogie, je pense en particulier à la création des parcs Disney. L’enfant en lui était bien vivant, personne ne le contestera. Parmi tous les rêves qui l’habitaient il a eu un jour cette vision claire de ce qui deviendrait plus tard Disney World. A l’époque, ce que nous appelons aujourd’hui les « parcs à thème » n’existait pas. Il y avait d’une part des fêtes foraines où le client achetait un ticket pour chaque attraction et d’autre parts des parcs comme des jardins zoologiques ou des jardins botaniques où le visiteur payait un droit d’entrée. Disney à l’idée de mélanger les deux concepts en créant un parc sur le thème des personnages de Disney offrant aux visiteurs l’accès à de nombreuses attractions permettant de vivre le thème avec tous ses sens. Il voulait que les adultes et les enfants puissent s’amuser ensemble dans un monde où tout devient possible.

« Pour réaliser une chose vraiment extraordinaire, commencez par la rêver. Ensuite, réveillez-vous calmement et allez d’un trait jusqu’au bout de votre rêve sans jamais vous laisser décourager. »

Walt Disney

La vision de Disney était claire et précise : il savait ce qu’il voulait. L’adulte a pris les rennes pour aller trouver le banquier qui financerait l’opération. A chaque présentation de son parc, la réponse était la même : les banquiers demandaient à Disney de choisir entre une fête foraine et un parc sans attractions. Il présenta son nouveau concept de banque en banque sans changer un iota à sa vision. 10 banques, 20 banques, 50 banques, 100 banques rejetèrent son projet. S’est finalement la 117ème banque, une banque canadienne, qui accepta de financer la construction du parc.

clip_image004Bien des années plus tard, en 1971, après le décès de Walt Disney (1966), son neveu Roy Edward, présidait l’ouverture du parc « Magic Kingdom » (Royaume enchanté) dont son oncle avait rêvé et imaginé tous les recoins. Une journaliste qui l’abordait, lui dit :

« Aujourd’hui le rêve de votre oncle est une réalité. Ne trouvez-vous pas cela dommage qu’il ne soit pas là pour le voir ?»

Le neveu de Walt Disney répondit sans hésiter :

« Mon oncle a vu ce parc. Et si vous aujourd’hui vous pouvez le voir c’est parce qu’il a vu ce parc il y a 5 ans déjà. Quand personne n’y croyait, lui il le voyait déjà tel qu’il est aujourd’hui…»

Le génie de Disney a probablement été d’arriver toute sa vie à faire danser ensemble et en harmonie le rêveur, le visionnaire et le bâtisseur en lui.

Et moi ?

Nous sommes tous appelés à être des entrepreneurs. Certains développent de grandes entreprises, d’autres des activités plus modestes. Quoi qu’il en soit, la vie de chacun est une entreprise pour laquelle il est appelé à faire danser en harmonie les trois personnages en lui.

Je vous invite à identifier pour vous le personnage auquel vous n’avez plus donné la parole depuis longtemps. Est-ce le rêveur ? Le visionnaire ? Peut-être êtes vous resté trop dans le rêve et la vision et qu’il est temps d’écouter le bâtisseur pour que vos rêves et votre vision prennent forme. Vous seul pouvez le savoir. Et enfin, si vous pensez que vos rêves sont trop grands pour vous, faites simplement le premier pas et ensuite un pas à la fois en vous rappelant ce que disait Disney :

« J’espère qu’on ne perdra jamais de vue le fait que tout commença par une souris… »

Walt Disney

Que votre vie soit belle,

Pierre

PS : vous voulez redécouvrir vos rêves, clarifier votre vision, devenir l’entrepreneur de votre vie ? renseignez-vous sur « Cap sur ma Vie ».

Photos : Juan Carlos Garcia Menezo, Stock Snap

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *