Performance ou bien-être au travail, pourquoi choisir ?

Dans mon métier de coach et d’animateur de séminaires, ce qui m’habite c’est de réconcilier au sein des entreprises la performance et le bien-être. Nous passons en moyenne de dix à douze heures par jour au boulot ou sur le chemin du travail, c.à.d. une très grande partie de notre vie d’adulte. Si une des aspirations essentielles de chacun est le bonheur, il m’est difficile de concevoir que je puisse atteindre cet objectif de façon satisfaisante sans être heureux au boulot. Cependant si je regarde autour de moi, ou si j’analyse ma propre situation, j’ai passé des années à travailler sans passion et donc avec peu de satisfaction (voir « J’ai toujours le choix »).

 Gallup, une société américaine de recherche dans le domaine du management et de la gestion des ressources humaines, fait périodiquement des sondages pour mesurer l’engagement des salariés au sein de leur entreprise (*). Ces sondages menés à l’échelle mondiale (230.000 salariés dans 142 pays) visent à répartir les salariés en trois populations :

  • « Activement engagés », c.à.d. les collaborateurs mettant leur énergie, leurs compétences et leurs dons au service de l’entreprise. Ils sont les moteurs de l’innovation et font avancer l’entreprise. Ils aiment leur job et sont heureux de venir au boulot.

  • « Pas engagés ». Ces salariés mettent du temps à la disposition de l’entreprise, mais pas vraiment leur énergie et encore moins leur passion. Ils ne se sentent pas ou plus liés au projet de l’entreprise.

  •  « Complètement désengagés ». Cette catégorie travaille contre l’entreprise, consciemment ou inconsciemment. Leur productivité est négative : ils freinent l’entreprise.

 Les chiffres pour l’Europe sont interpellants : 14% de salariés seulement sont « activement engagés », 66% ne sont « pas engagés » et 20% sont « complètement désengagés » ! En France les résultats sont pires encore : 9%, 65% et 26%…

 Si j’en crois ces chiffres, cela signifie que seule une minorité de travailleurs trouvent dans leur travail une source de bonheur et d’épanouissement.  Au-delà de ces chiffres, l’étude détaillée de Gallup met également en évidence le lien entre bien-être au travail et la performance de l’entreprise : les entreprises qui soignent le bien-être de leurs salariés sont objectivement plus performantes que celles qui ne le font pas. L’impact de cette situation sur la performance des entreprises est évident.

 Étant très souvent par mon métier en contact avec des DRH, beaucoup ont compris et parfois depuis longtemps que le modèle actuel de gestion de l’humain dans l’entreprise n’est pas du tout optimal, il dysfonctionne.

 Les solutions sont nombreuses et ont fait leurs preuves depuis des décennies. Ce n’est pas l’objet de cet article de les explorer. Je voudrais « simplement » revenir à ce qui me semble être l’essentiel du changement nécessaire. Cet essentiel est de changer d’objectif : tant que l’objectif d’une entreprise sera le profit, cette entreprise sera et restera une machine à frustrations comme le démontrent les chiffres précités et ses performances seront bien en-deçà de ce qu’elles pourraient être. Par contre, si nous remettons l’humain au centre de l’entreprise, le bonheur et l’épanouissement de l’homme comme objectif premier, tout se remet en place. Le profit est nécessaire, mais ce n’est pas une fin, ce n’est qu’un moyen de pérenniser l’entreprise, d’aller plus loin. L’argent est important, c’est un moyen formidable, mais quand il devient une fin, il est dangereux pour l’homme.

 En résumé cessons de mettre les hommes au service du profit, mais mettons le profit au service des hommes ; l’économie retrouvera le chemin de la croissance et les salariés le sourire.

 Que votre vie soit belle.

 Pierre

PS : Participez à nos deux prochains séminaires « J’ose ! » et  « Booster ma Vie ».

 (*) Chiffres extraits du rapport « State of the Global Workplace: employee engagement insights for business leaders worldwide » – Gallup, Inc. – 2013 – www.gallup.com.

1 réflexion sur « Performance ou bien-être au travail, pourquoi choisir ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *