J’ai rêvé que toutes les entreprises du monde adoptaient la non-violence…

Cette nuit j’ai rêvé que toutes les entreprises du monde adoptaient la Communication Non Violente (CNV). Waouw ! J’ai ressenti comme un vent de fraicheur, d’espoir, de chaleur. Des entreprises « girafes »…

C’est quoi la CNV ? Je ne suis pas expert en CNV, ni certifié. J’ai suivi quelques ateliers de CNV, j’ai lu et écouté bon nombre de conférences de Marshall Rosenberg (père de la CNV) et d’autres sur le sujet et j’essaye de la pratiquer depuis un certain nombre d’années. Je dis bien j’essaye… Et pourtant c’est tellement simple.

clip_image002Photo : Sue Ashwill

A quelle jeu voulez-vous jouez dans votre vie ?

D’après Marshall Rosenberg, il y en a deux.

D’abord celui que nous connaissons naturellement dès notre conception et que nous pratiquons pendant les premiers mois qui suivent notre naissance. C’est le jeu « Donner et Recevoir ». C’est un jeu qui rend l’homme profondément heureux, il consiste à donner gratuitement, sans rien attendre en retour, donner parce que j’ai envie, parce que cela me remplit de joie, donner pour manifester mon amour pour l’autre. Recevoir aussi. Recevoir sans se sentir endetté, sans vouloir rendre. Recevoir ce que l’autre veut me donner et ressentir tout l’amour qui sous-tend ce don. Les règles sont simples, je donne gratuitement, je reçois librement.

L’alternative au jeu « Donner et Recevoir » c’est « Qui a tort ? Qui a raison ? ». C’est le jeu de l’obligation, du devoir. Si tu as tort, tu es puni, honte sur toi. Si tu as raison, tu auras une récompense, félicitations. C’est la carotte et le bâton. Évidemment, les combats sont rudes pour savoir qui a tort et qui a raison. Au cours du jeu il s’agit de se juger, de juger l’autre, de l’évaluer, de le critiquer pour mieux imposer son point de vue, sa vérité. C’est un jeu très binaire : tu as tort ou tu as raison, tu es bon ou tu es mauvais, tu es idiot ou tu es intelligent, tu es normal ou tu es anormal, tu es des nôtres ou tu es étranger… C’est un jeu qui devient vite violent, un jeu qui blesse. Quand je fais les choses par devoir, par obligation ou par peur, tôt ou tard, je veux faire payer, je ne suis plus dans le don gratuit.

Dès notre plus jeune âge nous apprenons les règles de ce jeu. « Si tu vas te coucher, je te lirai une histoire, sinon tu iras dans le coin. Si tu as un bon bulletin tu recevras… Si tu renverses encore ton verre, tu seras privé de dessert… Si tu foires ce contrat t’es viré, si tu ne résous pas ce problème pour demain, je te colle au classement des archives pendant un mois, si tu ne vas pas t’excuser…, si, si, si…

Langage Girafe ou Chacal ?

Marshall Rosenberg distingue deux formes de langages : le langage girafe du jeu « Donner & Recevoir » et le langage chacal du jeu « Qui a tort ? Qui a raison ? ».

Le langage chacal est fait de jugements, d’évaluations, de critiques, de plaintes. Il accuse, il culpabilise. C’est un langage qui étouffe la vie en nous et en l’autre.

La langage girafe est celui du cœur (la girafe est l’animal terrestre qui a le plus gros cœur). C’est le langage qui permet de rejoindre ce qu’il y a de vivant en nous.

«Au-delà du bien et du mal, il y a un jardin merveilleux.»

Rumi

Une technologie révolutionnaire

C’est article n’a pas pour objectif de vous présenter la CNV. Mon seul objectif est de vous donner envie de vous y intéresser en vous partageant un outil simple qui permet de regarder ceux avec qui je communique d’une autre oreille.

Les girafes ont mis au point une technologie révolutionnaire qui permet de ne plus entendre les critiques, les jugements, les injures… Il s’agit des oreilles de girafe. Si vous adoptez cette technologie, vous comprendrez que les hommes et les femmes ne disent en fait que deux choses. Ces deux choses sont :

  • Merci
  • S’il te plait

Quand quelqu’un vous manifeste de la gentillesse que ce soit par des gestes ou des paroles, il dit merci. Ce merci est le signe d’un besoin satisfait chez lui.

Par contre, quand quelqu’un vous insulte, vous fait violence, vous ignore, vous ridiculise… il vous dit « S’il te plait ». D’accord, cela ressemble plus à « t’es qu’un gros c.. » ou « tu me fais c… », mais en fait cela veut dire « s’il te plait ». Il vous parle indirectement, sans le savoir, d’un ou plusieurs de ses besoins non satisfaits et vous demande de l’aider à les satisfaire. En pratiquant la CNV, vous ne vous sentez plus agressé par ce type de comportement, mais, au-delà des mots et des gestes agressifs, vous percevez le manque de l’autre. La CNV nous invite alors, si nous le souhaitons, à rejoindre l’autre dans sa détresse, si la situation s’y prête, de l’aider à prendre conscience de son besoin pour qu’il puisse trouver la bonne stratégie pour le satisfaire.

Avant de m’aider à mieux entrer en relation avec un autre, la CNV m’apprend à me comprendre moi-même, à me rendre compte que j’utilise la langue chacal ou que j’écoute avec des oreilles de chacal. Dès que j’en prends conscience, je peux par une démarche d’auto-empathie, sans culpabilité, rejoindre ce qu’il y a de vivant en moi, à découvrir mon besoin pour le satisfaire d’une façon constructive pour moi et le monde qui m’entoure. Un monde nouveau s’ouvre devant moi. Je recommence à jouer à « Donner & Recevoir ».

Entreprises girafes

Ce blog s’adresse aux dirigeants d’entreprise. Imaginez l’énergie et le temps gagné si tous les collaborateurs de votre entreprise pratiquaient entre eux et avec leurs clients la CNV ! Marshall Rosenberg a aidé de nombreuses écoles dans le monde, entre autres en Palestine et en Israël, à adopter la Communication NonViolente. Ces « écoles girafes » ont des résultats étonnants. Si des enfants y sont arrivés, nous devrions pouvoir le faire également dans nos entreprises. A quand des “entreprises girafes” ?

Je vous invite à creuser le sujet. Vous trouverez en-dessous de cet article quelques liens pour vous y aider. J’organise un atelier d’introduction à la CNV le vendredi 2 décembre 2016 de 13 à 17h. Si cela vous dit d’y participer, envoyez-moi un mail, je vous communiquerai toutes les informations.

Si cet article vous a éclairé, likez-le et partagez-le avec votre réseau.

Que votre vie soit belle,

Pierre

Liens :

1 réflexion sur « J’ai rêvé que toutes les entreprises du monde adoptaient la non-violence… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *