Stanislas Desjonquères : 4 conditions pour réussir la libération de votre entreprise

Une interview par l’APM de Stanislas Desjonquères, patron de Biose, une entreprise pharmaceutique de 80 personnes passée en gouvernance libérée depuis 4 années.

BiosePhoto : site de Biose –www.biose.com

Il nous partage :

  • 2 raisons de libérer Biose;
  • 4 conditions pour que la libération fonctionne;
  • de nombreuses idées très concrètes pour aller plus loin.

Lorsque je parle d’entreprises libérées autour de moi (si vous ne savez pas ce que c’est, visionnez la vidéo au bas de cet article), mes interlocuteurs me rétorquent souvent qu’il ne s’agit que de quelques entreprises, toujours les mêmes. Il est vrai que quand le sujet vient sur la table ce sont toujours les mêmes exemples qui reviennent : FAVI bien sûr, Buurtzorg, Valve, Poult, Chronoflex… Or il y a chaque année de plus en plus de dirigeants qui se lancent dans la libération de leur entreprise. Le phénomène reste encore marginal, mais prend de plus en plus d’ampleur.

J’ai déjà eu l’occasion sur ce blog de proposer plusieurs interviews d’entreprises belges qui ont franchi le cap : GeoConsulting, Décathlon Namur, accent’Languages. Ce n’est qu’un début : je poursuis ma chasse aux interviews pour vous inspirer davantage à vous lancer dans l’aventure si vous le souhaitez (j’en profite pour vous demander un coup de main au passage : si vous connaissez des dirigeants qui ont fait le pas ou vont le faire, qui ont essayé et peut-être ont échoué, n’hésitez pas à m’en parler afin que je puisse, s’ils sont d’accord, venir les interviewer).

Dans cet article, je relaye une interview de Stanislas Desjonquères réalisée par l’APM (Association pour le Progrès du Management). En 2007 il reprend les rênes de l’entreprise pharmaceutique Biose, une entreprise familiale fondée il y a plus de 60 ans, installée en Auvergne et comptant aujourd’hui 80 salariés. En 2014 il décide de passer à une gouvernance basée sur les concepts de l’entreprise libérée. Il nous livre ici le fruit de son expérience et ses conclusions après deux années de « libération ». Une interview très éclairante et enrichissante.

Stanislas Desjonquères commence par rappeler ce que l’entreprise libérée n’est pas :

  • une entreprise sans règles ;
  • une entreprise ou chacun fait ce qu’il veut ;
  • une entreprise ou toute décision se prend par consensus.

L’entreprise libérée est une entreprise qui permet de maximiser la motivation des collaborateurs par la mise en place d’un environnement qui met en avant l’autodétermination et la responsabilité de chaque personne.

« Le pari de l’entreprise libérée est de faire converger les besoins de l’entreprise, les centres d’intérêt de la personne et ses qualités. Quand le point commun entre ses trois dimensions est trouvé, c’est gagné. »

Stanislas Desjonquères

Des considérations éthiques et stratégiques

Au point de départ, pour Stanislas Desjonquères, il s’agit de rencontrer deux considérations essentielles pour lui :

  • Considération éthique : comment faire pour respecter les personnes dans le monde difficile et stressant que constitue une entreprise. Comment faire pour aimer les gens tels qu’ils sont. Créer une entreprise qui aide la personne à devenir ce qu’elle est appelée à être dans les limites des besoins de l’entreprise.
  • Considération stratégique : L’innovation est la clé du succès d’une entreprise comme Biose. Il est convaincu que l’innovation au niveau des produits passe d’abord par l’innovation dans l’organisation. L’environnement de travail doit permettre à l’innovation d’éclore.

Après une longue réflexion, il est arrivé à la conclusion que la structure hiérarchique ne permettait plus d’atteindre ses objectifs éthiques (respect de la personne) et stratégiques (innovation).

Comment libérer son entreprise ?

A la question de savoir comment s’est pris la décision de lancer le processus, il répond clairement :

« C’est une décision autocratique, tout à fait personnelle et tyrannique »

Demander à un comité de direction de réfléchir sur ce sujet, c’est lui demander d’analyser comment scier la branche sur laquelle il est assis : ce n’est pas possible. La décision de libération est autocratique !

Pour Stanislas Desjonquères, il n’y a pas d’approche prédéterminée pour libérer une entreprise. Une démarche préétablie serait contraire au principe même de la libération. C’est un saut en parachute. Il y a un pilotage et une intention : l’autonomie des personnes pour que la mission de l’entreprise soit remplie au mieux. Chaque histoire un unique. C’est un chemin qui se fait pas à pas, par essais et erreurs.

Il nous livre quatre invariants pour que la libération puisse réussir :

  • D’abord régler les problèmes du quotidien : il n’est pas possible d’intéresser un salarié à un objectif commun ou à un sens pour l’entreprise si à son niveau il a un sentiment d’injustice au quotidien, de dysfonctionnements, de tracasseries, de mal-être. Il faut donc d’abord que chacun puisse exprimer ce qui ne va pas dans l’entreprise et que ces points soient réglés.
  • Il faut un objectif, une mission, un sens commun qui fédère les collaborateurs. Le principe de l’entreprise libéré est bien que les joueurs sur le terrain sont les plus à même de décider de ce qu’il faut faire pour gagner la partie. Encore faut-il qu’ils soient tous d’accord sur les objectifs et les modalités du jeu. Si certains se voient comme des joueurs de foot, d’autres se croient sur un terrain de handball et un dernier arrive avec son cheval parce pour lui c’est du polo, cela ne va pas fonctionner.
  • L’accès aux moyens : quand un salarié veut poser des actes pour contribuer à l’objectif commun, il faut qu’il ait accès aux moyens pour le faire, sans devoir demander la permission à qui que ce soit (cela ne veut pas dire qu’il ne demandera pas l’avis de ses collègues. Voir l’article sur la sollicitation d’avis).
  • La capacité de contempler le résultat. Ce qu’un salarié fait, il doit pouvoir en voir le fruit : le fruit immédiat, mais aussi le fruit global. Il s’agit donc d’assurer la transparence au niveau des résultats et de tout ce qui se passe dans l’entreprise.

Interview de Stanislas Desjonquères

Les paragraphes qui précédent ne sont que le début de l’interview de Stanislas Desjonquères. Si le sujet des entreprises libérées vous interpelle, regardez l’interview dans son entièreté (57 minutes) en cliquant sur l’image ci-dessous.

Si cet article vous a plu, likez-le et partagez-la avec votre réseau.

Si vous avez des remarques, d’autres idées, si vous êtes tout à fait d’accord ou pas du tout, partagez vos commentaires pour qu’ensemble nous nous aidions à avancer.

Je reste à votre disposition pour vous accompagner dans l’évolution de la gouvernance de votre entreprise.

Que votre vie soit belle,

Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *